La cathédrale Saint-Pierre de nos jours

En juillet 1909 Genève fête le 400e anniversaire de la naissance de Jean Calvin et le 350e anniversaire de la fondation du Collège et de l'Académie. De nombreux cultes sont célébrés à Saint-Pierre et aussi dans les autres temples de la ville, rassemblant des protestants venus du monde entier. Pour l'occasion, les Promotions ont lieu comme autrefois à Saint-Pierre, ainsi que le Jubilé universitaire.

Dès la fin de la Première guerre mondiale, Genève devient un carrefour du monde, siège de la Société des Nations puis de l'Organisation des Nations Unies, du Bureau international du Travail, de la Croix-Rouge, de conférences universelles de tout genre, du Conseil des Eglises. Des cultes d'intercession sont célébrés à Saint-Pierre pendant les guerres ainsi que lors des conférences de paix, la chaire est offerte à des ecclésiastiques de nombreuses nations. On y célèbre des cultes interconfessionnels, réunissant diverses branches du christianisme non romain.

Tout en demeurant avant tout un temple protestant, Saint-Pierre est devenue depuis le XXe siècle l'église de tous les Genevois, car elle abrite d'importantes célébrations religieuses et œcuméniques rassemblant toute la chrétienté et au-delà, ainsi que des manifestations patriotiques et civiques, les commémorations d'anniversaires ayant marqué l'histoire de la République (cultes de la Restauration, du 1er juin, du 1er août, de l'Escalade...).

Au niveau civil, la cathédrale accueille tous les quatre ans les cérémonies d'assermentation du Conseil d'État, du pouvoir judiciaire et des magistrats communaux. Mais Saint-Pierre est aussi devenue un lieu privilégié pour de grands spectacles dramatiques, lyriques, musicaux et folkloriques. C'est pour cette raison qu'elle a été dotée lors de la rénovation des années 1977-81 d'une estrade escamotable. Et grâce au son de ses cloches et à sa visibilité extraordinaire, la cathédrale participe également de la vie des habitants de Genève qui ne la fréquentent pas.